L'artiste peintre Jacques Tronchet

Texte et sélection des photos : Alain Glayroux

Cliquez pour agrandir les images

 

M. Jacques Tronchet (1) est né le 30 octobre 1923, rue Saint Jacques à Tonneins, et décède le 6 mars 2006, dans cette même ville. Il est le fils de Georges Tronchet et de Catherine-Lucienne Braquet.

 

Jacques Tronchet (2) fait ses études secondaires au Lycée Bernard Palissy à Agen. C’est pendant ces années-là que ce tonneinquais s’engage très tôt dans la Résistance. Il est arrêté par la Gestapo, le 2 décembre 1943 à Toulouse et transféré à la prison Saint-Michel de cette même ville. Il appartenait au Réseau S.A.P R.4, en qualité d’Agent P.2.

 

Jacques Tronchet est déporté au camp de Buchenwald, matricule 43 532, où il passera plus de 18 mois, pour être libéré à la fin de la guerre.

 

Quand sa famille va l’accueillir à la gare de Tonneins et notamment sa sœur, c’est un jeune homme très affaibli par ces terribles années, qui arrive et qui ne pèse pas plus de 40 kg.

 

Jacques Tronchet se destinait à l’architecture mais la vie en a décidé autrement. En effet, toutes ces années de guerre lui ont gâché sa jeunesse mais aussi son parcours professionnel, c’est donc tout naturellement qu’il revient dans l’entreprise familiale et il travaille quelques décennies au coté de son père.

 

Le 26 juillet 1950 il épouse à Marmande Mme Jeanne-Henriette Laporte, qui exerce la profession de chirurgien-dentiste cours de l’Yser à Tonneins.

 

Depuis sa plus tendre enfance, Jacques Tronchet est passionné par la peinture et l’art sous toutes ses formes, sa sœur Mme Ginette-Marie Bernard se souvient : « … A l’âge de cinq, six ans, il construisait des villes en carton, il dessinait, et cet amour pour la peinture ne le quittera jamais… ».

 

Il peint un très grand nombre de tableaux où nous retrouvons : le marché place du Château à Tonneins, les quais, la campagne, Saint Germain etc. Mais il portera aussi un regard sur la ville du Cap Ferret et Saissac dans l’Aude. 

 

 

(1) D’après les informations communiquées par Mme Ginette-Marie Bernard, sœur de M. Jacques Tronchet. Entretien réalisé en novembre 2010, grâce à Mme Dominique Garin, sa nièce, que nous remercions.
(2) Texte extrait du numéro spécial « 20 ans », Dessinateurs, peintres et sculpteurs en Tonneinquais, La Mémoire du Fleuve, 2012.

La toile détruite en 1983 par un incendie

Francis Combes l'a prise en photo trois jours avant sa disparition

 

Le cliché de cette œuvre signée Jacques Tronchet fut pris par Mr Francis Combes en 1983, deux ou trois jours avant qu'elle ne fut détruite 

dans l'incendie de l'atelier d'encadrement de Mr Michel Ducos. Monsieur Tronchet en avait récupéré ultérieurement un exemplaire dans l'espoir

de pouvoir la recréer d'après la photo.                

 

Notre remerciement à Mr Combes pour cette information et ce partage.