Le château de Suriray

Texte et sélection de photos : Alain Glayroux

Cliquez ici pour agrandir les images

 

Dans le numéro 52 de la Mémoire du Fleuve, l’érudite Annie-Timbeau-Rapin nous a présenté cet édifice en sérieuse décrépitude.

 

C’est une famille du Calvados dont un capitaine de haut rang, le sieur de La Rue qui quitte la France juste avant la Révolution Française et part s’installer à la Nouvelle Orléans. Une fois sa fortune faite et la France étant plus calme, Jean-Gabriel-Martin de La Rue, achète un vaste terrain agricole au lieu-dit « Suriray (1) », sur la commune de Fauillet limitrophe de Tonneins.

 

Ce bourgeois rajoute à son nom « Suriray » qui devient son patronyme, que nous retrouvons dans les écrits ou archives de cette famille.

 

Ce château qui est un pan de notre histoire et qui va très certainement disparaître avec l’usure du temps, dans l’indifférence la plus complète.

 

 

(1) Suriray vient de l’occitan Surireir : terre plantée de suriers ou chênes lièges.